Rechercher
  • Guillaume Hallauer

Mes clopes parties en fumé...



Vous entendez ?


Moi, je ressens, avec mon corps et je suis très sensible au niveau olfactif. Nous avons tous un ou plusieurs sens préférentiel : la vue, le toucher, l'odorat, le gout où... l’ouïe.


Laurent ne peux pas vivre sans musique. Et jusqu’à aujourd'hui sans clopes non plus. Mais il à décidé d'en finir.

Je vois les gens trois fois pour l'arrêt du tabac : d'abord on fait le tour : quel fumeur vous êtes ? Toujours un mégot à la bouche ? 6 minutes de pose indispensable ? Une tige pour revenir à la maison et se poser ? Une clope au bout des doigts, tout le monde me connais comme ça, c'est ma marque de fabrique ?


Vous êtes ce que vous fumez depuis tant d'années, ça fait parti de vous.

Mais on ne part pas en vacances sans faire ses valises. On n'arrête pas ce que l'on fait depuis 20 ans sans se préparer.

Entre le premier et le deuxième rendez-vous : vous faites le ménage ! vous faites vos valises avant de changer de vie.


Nous avons tous une raison de changer de vie. Laurent à eu un infarctus à 37 ans. Il n'est plus question de se polluer, il a vu le regard de sa fille qui a craint de le voir mourir. Il a entendu les bruits de l'urgence, l’hôpital, le fil de sa vie qui se tend.


Aujourd'hui il s'est mis à la guitare, il va dans les concert. La musique, c'est sa vie.

Et il a fait un voyage à New York. Je lui demande de me décrire le son de la ville : "c'est comme un monstre gigantesque qui ne s'arrête jamais".


La deuxième séance, c'est le jour de l'arrêt. Les tâches de la semaine sont accomplies, les valises sont prêtes. Alors je pioche dans ce qui est cher à Laurent pour l'hypnose : une marche en bord de Charente, un concert de Matthieu Cheddid. Dans ce voyage intérieur, je glisse ce qui nécessaire pour l'arrêt du tabac, j'observe comment Laurent réagi, comment il vit ce moment. Tout est calme, trop calme pour moi. Alors je fais un virage vers New York, au dernier étage de l'Empire State Building. Le bruit sourd, la vibration de la ville. C'est tout le corps de Laurent qui réagi, il est là, en haut du building, il vibre avec le son de la ville. Alors, je lui propose de se pencher au parapet. Et de jeter les paquets, les mégots, la mauvaise haleine, les cendriers... D'en finir avec tout ça, là, en haut du gratte ciel. Il dis "oui" de la tête, il garde cette image en lui, comme repère, pour les premiers jours de l'arrêt.


"A la semaine prochaine"


Le troisième rendez-vous est le moment du prochain projet. Laurent a passé une excellente semaine, à chaque fois qu'il à envie de fumer, il retrouve le calme du ciel de New York, la vibration qui l'apaise. Il n'a pas plus faim que d'habitude, il poursuit le régime qu'il avait commencé sans problème. Alors nous pouvons poser quelques bases pour faciliter ce régime, pour le rendre plus efficace. C'est comme ça, quand on s'est libéré d'un problème, on est plus disponible pour gérer le suivant. Pour profiter de la vie.

5 vues0 commentaire

2018 par Hallauer Guillaume

5 rue des Jacobins 17800 PONS