Rechercher
  • Guillaume Hallauer

Pourquoi j'ai commencé ? comment j'ai fini ?

Mis à jour : 2 nov. 2019



J'ai rencontré Elodie il y a longtemps, en tant qu'infirmier libéral pour des pansements. Nous discutions à bâtons rompus, je connaissais sa ferme, son environnement.


Il y a deux mois, elle m’appelle parce qu'elle veut arrêter de fumer et, tout de suite, me reviennent les sujets dont nous avions parlé, la cour intérieure de sa ferme, recouverte de mégots.

J'ai toujours été emporté par l’enthousiasme et la positivité d'Élodie. Il y a des gens qui sont naturellement lumineux, elle en est.


Lorsque je la rencontre pour la première fois pour préparer l'arrêt, je me tiens initialement à mon protocole, une série de questions, plus ou moins standardisées, pour faire le tour de son tabagisme. Pourquoi arrêter maintenant ?... Ben oui, pourquoi es-ce qu'on décide d'arrêter un jour, alors qu'on fume depuis 20 ans, en sachant pertinemment que c'est mortel pour 50% des fumeurs et que la vie d'un fumeur dure 8 ans de moins que celle d'un non fumeur ? Comment fait-on pour se voiler la face pendant si longtemps ?


- Comment avez-vous commencé ?


Une grande majorité des gens a commencé dans un groupe de copains, de copines, entre 13 et 17 ans pour "faire comme tout le monde".

Quand je dis que ma série de questions est issue d'un protocole, ça ne tient jamais très longtemps. Les histoires de chacun et, du coup les réponses, sont très variées. C'est très vite l'expérience qui prend le pas. Alors l'improvisation commence.


Avec Elodie, il était impossible d'imaginer ce qui l'avait conduite à choisir de fumer, à utiliser ce moyen, pour survivre :


"Ma mère était alcoolique, je la regardais, je cherchais son regard, mais rien, elle était perdue. Un jour, elle était affalée, le regard dans le vide. Moi, jeune fille de 14 ans, je lui apporte sa bouteille de whisky. Parce que, quand on est enfant d'alcoolique, on se plie, sans vraiment savoir pourquoi, aux habitudes de ses parents, on prend ça pour de la normalité, puisqu'on ne connait rien d'autre.

Et je suis là, pour la millième fois, je cherche son regard. Mais de regard, elle n'en a que pour sa bouteille, je n'existe pas... Et ça me viens comme ça, je prends son paquet de cigarettes, j'en allume deux, je lui en tends une, et je fume l'autre. C'est comme ça que j'ai commencé, pour avoir un moment juste pour moi, avec ma mère.


- Pourquoi voulez-vous arrêter aujourd'hui ?


Je me suis battue, je l'ai accompagnée, aujourd'hui elle est abstinente. Et depuis que l'alcool est sorti de sa vie, j'ai rencontré ma mère, je suis née une deuxième fois. Nous nous découvrons tous les jours, notre relation est prodigieuse, j'ai une mère... Enfin !


Alors je n'ai plus besoin de fumer, je suis prête."


L'hypnose, c'est le meilleur moyen que je connaisse pour donner des outils quotidiens pour avancer dans la vie. Alors, en hypnose, nous avons installé toutes les petite sécurités qui permettent de bien passer les premiers jours et surtout, nous avons créé un ancrage entre sa volonté de redevenir non fumeuse et cette nouvelle relation avec sa mère. Je ne pourrais proposer cette solution qu'à elle. Une hypnose pour chaque personne, c'est ce qui rend ce métier passionnant.


Elodie ? Elle ne fume plus... bien sûr !


0 vue

2018 par Hallauer Guillaume

5 rue des Jacobins 17800 PONS